Viens on change internet, une antenne à la fois

On est en train d’assister à une petite révolution.

Un peu partout sur la planète des groupes de personnes reprennent petit à petit le contrôle de leur réseau internet.

C’est possible grâce à la technologie mesh.

On pose des antennes qui envoie internet aux habitations. Pas besoin de faire des travaux coûteux et difficile pour faire passer des câbles, tout se passe dans les airs.

Du coup ce type d’initiative est très populaire dans les zones qui ne sont pas desservie ou mal desservie par les opérateurs internet.

Mais tous ça offre plus que de l’accessibilité.

Il y a aussi un vrai truc de réappropriation. L’impression que l’infrastructure appartient aux citoyens et pas à une multinationale.

Ces initiatives sont souvent lancées par des associations qui forment des habitants du quartier à installer et maintenir eux-mêmes les antennes.

C’est des personnes du quartier qui servent leur quartier.

Les personnes qui utilisent cet internet sont beaucoup plus connectées à ça qu’à une multinationale.

En plus certaines initiatives profitent de ce réseau local pour communiquer localement.

Par exemple Red Hook dans le quartier de Red Hook, si tu te connectes au Wifi tu as accès à une page où il y a les actualités du quartier, des annonces, et les personnes peuvent commenter, une application pour reporter les fouilles policières, pour être au courant du passage du bus etc…

Les reportages à voir sur le sujet

Comment ça fonctionne ?

Une antenne super puissante situé en hauteur (sur une le toit d’une maison ou d’un immeuble) est connecté à une fibre optique soit via un FAI ou soit directement depuis un datacenter.

Cette antenne super puissante envoie internet sur les antennes des habitants (située sur le toit de l’immeuble par exemple). Ensuite un câble relie l’antenne aux routeurs des habitants de l’immeuble. Et ils ont internet !

Les antennes situées sur le toit des habitants renvoie internet à une autre antenne, qui elle-même renvoie internet sur une autre antenne et ainsi de suite… c’est comme ça que la connexion se propage.

Si jamais une antenne à un problème, les autres antennes trouveront automatiquement une autre antenne à proximité pour obtenir internet. Ce qui donne un réseau assez résilient.

La configuration peut changer d’un projet à l’autre (dans les zones très rurales on peut par exemple utiliser un pilonne pour installer l’antenne super puissante), mais globalement c’est le fonctionnement.

Pourquoi c’est utile ?

Pas de FAI ? Pas de problème

Un FAI aura plutôt tendance à apporter une bonne connexion internet en ville, parce que c’est plus rentable.

En ville, le FAI va tirer un câble sous terrain qui va pouvoir relier plusieurs immeubles et à l’intérieur de ces immeubles il y a des dizaines de clients.

En campagne, le FAI va tirer la même distance de câble, mais pourra seulement relier 1 maison ou quelques-une, ce qui lui rapporte 1 ou 2 clients seulement.

Donc pour la même quantité de travail et d’investissement, il a un retour sur investissement beaucoup moins grand à la campagne qu’en ville.

Voilà pourquoi les FAI donnent la priorité aux villes, plutôt qu’à la campagne.

Ces groupes peuvent amener internet dans des zones où il n’y en a pas du tout, ou de mauvaise qualité.

Il suffit d’avoir une antenne super puissante connecté à internet et elle pourra envoyer internet à d’autres antennes située à plusieurs kilomètres de elle.

Le prix ? Moins cher

Les réseaux MESH ne sont pas faits par des grosses entreprises qui cherche à générer le plus de profit possible.

C’est souvent créer et maintenu par des personnes qui vivent dans les environs et qui ont besoin de cet internet.

Aussi les antennes et routeurs coûtent moins cher que de tirer des câbles sous la terre.

Du coup l’abonnement internet via Mesh est moins cher.

Certaines associations proposent même un accès internet gratuit ou à prix réduit pour les personnes qui n’ont vraiment pas les moyens de le payer.

Résilient

Même si le réseau est coupé d’internet, les gens peuvent quand même continuer à continuer à communiquer.

Le réseau mesh peut même s’auto-suffire et ne pas être connecté du tout à internet et marcher quand même.

Pense ça comme un intranet d’un quartier ou d’une ville qui appartient aux habitants.

Censure

Demander la censure d’un site internet demande au gouvernement d’aller voir un vaste réseau de FAI indépendant au lieu de demander à 4 ou 5 gros FAI de censurer un site.

Neutralité/Vie Privée

Les groupes qui mettent en placent ce genre d’initiative porte dans leur cœur la neutralité du net et la vie privée.

Donc le réseau et neutre et ils n’espionnent pas leurs utilisateurs.

Communauté

Ces associations recrutent des personnes du quartier, du village, de la ville pour installer et maintenir le réseau.

Il faut installer les antennes super puissantes au endroit les plus appropriés et il faut donc demander l’autorisation au propriétaire d’un immeuble ou au propriétaire d’un magasin, il faut installer les antennes chez les habitants, former les personnes qui vont installer et réparer les installations etc…

Ça permet de connecter les habitants entre eux.

Et au final, ça donne un réseau internet qui est possédé et gérer par les habitants et utilisateur, pas par une énorme entreprise.

Pour aller plus loin :

Je ne poste rien sur Twitter, Facebook...

Les seules manières d'êtres au courant des nouveaux articles sont :

  • De t'abonner par mail :

(1x par semaine, je ne spam pas, je ne sais pas si tu ouvres les mails, pas de tracking)

  • Ou de t'abonner au flux RSS :

https://serveur410.com/feed/

6 réflexions au sujet de “Viens on change internet, une antenne à la fois”

  1. Et quid des fréquences utilisées ? Sont-elles compatibles avec une utilisation publique ? Les gouvernements ne peuvent-ils pas interdire leur utilisation ? Et quel est le coût de l’antenne principale ? Faut-il une autorisation ? Ça fait beaucoup de questions mais j’en ai d’autres (⌒_⌒;)

    Répondre
    • C’est compatible avec une utilisation publique vu que c’est utilisé en ville.

      Les gouvernements peuvent théoriquement tout interdire, après c’est au peuple de lutter pour sa liberté. (quand c’est encore possible)

      Après aucune idée pour le coût de l’antenne principale et l’autorisation, NYC Mesh est très actif, si tu leur pose la question je suis sûr que tu auras une réponse 😉

      Répondre
  2. Y’a quand même un sujet qui n’est pas abordé, c’est bel et bien Internet (avec un grand I), soit le niveau 3 OSI (Internet c’est uniquement ça). Les utilisateurs derrière ce genre de réseau ont tous accès à (au moins) une IPv4/v6 publique fixe (chacun de ces mots est important sinon c’est pas de l’Internet) ? Ou y’a encore du NAT/CGNAT dans tout les sens avec une seule machine au bout du compte qui a accès au réseau mondial ?
    Dans tout les cas, il faut au moins un AS BGP par opérateur avec un bloc d’IP pour être vraiment indépendant car le Mesh c’est bien, mais ce n’est que du niveau 1 (pas suffisant pour éviter la censure). Ont peut très bien faire du Minitel 2.0 avec ça.

    Répondre
    • Ils peuvent juste être utile la source internet, mais l’habitant à une relation direct avec le fournisseur mesh. (donc la politique n’est pas celle de la source internet, mais celle du fournisseur mesh)

      À noter que la source interet peux aussi venir d’un datacenter et pas du tout d’un FAI.

      C’est pas toujours une indépendance à 100% des FAI, mais dans tous les cas c’est une plus grande indépendance.

      Répondre

Laisser un commentaire