Ton coin de web t’attends !

Ces derniers temps je me questionne de plus en plus sur les sites perso.

Je trouve qu’on a une idée super industrielle des sites personnel.

Que ce soit un blog ou pas…

On a en tête de performer en audience, on veut avoir une ligne éditoriale et une cadence de publication défini…

Cette façon de penser c’est petit à petit installé comme une norme.

À tel point que l’on voit des personnes qui bloggent par pur hobby abandonné, parce qu’elles n’ont pas assez d’audience ou qu’elles n’arrivent pas à publier régulièrement.

Et c’est dommage, parce que cette façon de penser on l’a hérité du web commercial et industriel.

En clair, de personnes qui ont des objectifs totalement différents de quelqu’un qui a un site personnel par passion.

Je te propose une petite balade pour étendre tes perspectives de ce que peut être le web personnel.

Je pense qu’il faut trouver d’autres manières de créer.

Des manières adaptées pour des personnes. (pas pour des médias, des entreprises…)

Des manières de créer du lien, de communiquer, de trouver des personnes avec qui partager etc…

Sortir de cette logique industrielle et trouver une autre manière de faire.

Et sache que des choses… tu peux en faire sur le web !

Ce que tu peux faire

Bon je vais parler de « site » « site perso » pendant tout l’article par simplicité pour éviter de citer tout ce qu’il est possible de faire…

Aller une petite liste pour te donner des idées :

  • Un annuaire
  • Un blog
  • Un journal
  • Une webring
  • Un site « net art » (globalement de l’art sur internet)
  • Un café internet (oui, oui ça existe)
  • Un webcomic

etc…

Et tu peux redéfinir à ta sauce ce qu’est un blog, un annuaire… pour l’adapter à toi.

Tu peux faire un mélange de tous ça.

Crée ce dont tu as besoin.

Ce dont tu as vraiment envie.

Et ça sera forcément la bonne chose.

Il y a tellement de possibilités…

Un endroit pour partager ses dessins
Un endroit pour partager ses comics

Le web industriel…

Je vais aussi souvent parler de « web industriel ».

Tu peux aussi appeler ça le web commercial.

En gros ce que j’entends par là, c’est tout le web qui est fait par des entreprises.

C’est un internet qui fonctionne avec des objectifs et des tableurs Excel.

L’internet industriel parle en audience et en taux de conversion.

Le web industriel doit être productif.

Le web personnel est beaucoup plus… naturel.

Il est créé par des personnes… pour des personnes.

Le souci, comme je l’ai déjà dit en introduction et comme on va continuer de le voir tout au long de l’article, c’est que les personnes ont voulu adopter la mentalité des entreprises.

Elles se sont retrouvées à vouloir faire de l’industriel… alors que ce sont des personnes…

Mais ça tu vas le voir dans le reste de l’article…

L’ordre chronologique

« Qui a décidé que l’internet devait être affiché sous la forme d’un flux d’articles classés par ordre chronologique ? C’est un endroit où l’on peut se perdre, et un endroit où il faut porter attention. »

unimaginable heights

Depuis que j’écris des mots sur Internet, je relie les mots que je crée dans un format chronologique paginé. C’est le style de blog « traditionnel ». Une liste linéaire de messages, triés chronologiquement et classés par ordre chronologique.

Je suis convaincu que le format paginé trié chronologiquement : ça craint.

Ce qui fait qu’un jardin est intéressant. C’est personnel. Les choses sont organisées et ordonnées, mais avec une touche de chaos sur les bords.

Tout comme les plantes dans le jardin, j’ai des articles qui sont à différents stades de croissance et de soins. Certains peuvent se flétrir et mourir, et d’autres (comme celui-ci que vous lisez) vont fleurir et fournir une source continue pour le jardinier et les gens de la communauté qui le visitent 👋.

Les pages d’articles triés chronologiquement ne sont pas la façon dont les gens utilisent réellement Internet.

Si vous visitez la page d’accueil de ce site, vous remarquerez que vous êtes accueillis avec une petite sélection de « best of » et quelques autres sujets que je voulais faire remonter à la surface pour vous parce qu’ils sont intéressants pour moi et que j’aimerais les partager avec vous.

La curation passe avant la liste chronologique.

🌱 My blog is a digital garden, not a blog

Joel Hooks

Movable Type a été conçu par des blogueurs qui écrivaient chaque jour de nouvelles entrées dans leur journal. La forme suivait servilement cette fonction. Loin d’aider à organiser ou à gérer un contenu libre, le format était rigide : titre, catégorie, entrée. Et en dehors de l’entrée elle-même, vous n’aviez que quatre choix pour le type de page : quotidien (chrono), hebdomadaire (chrono), mensuel (chrono), et la carte surprise, la catégorie.

Mais à l’intérieur de cette archive de catégorie, les articles étaient classés par date. Automatiquement. Aucune saisie humaine n’était nécessaire… ou autorisée.

Ainsi commença l’ère du tri chronologique.

Ou, comme j’aime l’appeler :

CHRONOS RÈGNE SUR TOUT CE QUI M’ENTOURE.

La fille au pistolet à pommes de terre et le type à la gerbille ont découvert qu’ils ne voulaient pas écrire de mises à jour. Cela n’avait pas de sens. Leurs sites auraient dû rester une table des matières, un outil de référence, une bibliothèque personnelle étrange et légèrement moisie… le nouveau format « article » ne convenait tout simplement pas à ce qu’ils voulaient faire. Il était exigeant et oppressant.

How the Blog Broke the Web

Amy Hoy

Ici il n’y a pas de date de publication. Parce que je n’ai pas envie que l’on considère mes contenus par leurs fraîcheurs.

Je ne fais pas de l’actualité.

Mes articles n’ont pas de dates de péremption.

Le fait de valoriser les contenus par date dévalorise les contenus plus vieux.

On a tendance à ne pas lire un article ancien, pour le simple fait… qu’il est ancien

Ça n’a pas vraiment de sens d’agir comme ça.

Une date c’est bien quand le contenu de l’article est périssable. Par exemple, une actualité, c’est quelque chose qui se périme. Dans ce cas, la date est utile pour s’y retrouver.

Mais autrement. Pourquoi fonctionner par date ?

Ça amène les lecteurs à vouloir toujours du nouveau contenu, peut-être même sans avoir lu le contenu déjà disponible… juste parce qu’il est ancien

Ça décourage aussi la relecture des articles parce qu’ils sont anciens.

Les magazines en ligne, la presse à une ligne éditoriale, un calendrier de publication.

Elle essaye de fidéliser une audience.

Elle a besoin de publier souvent, pour faire le plus de clic et d’impression, pour gagner de l’argent grâce à la publicité.

Mais cette logique ne s’applique pas aux sites perso.

Petit à petit les sites perso meurent et on entend souvent dire de l’auteur qu’il a supprimé son site parce qu’il n’était plus actif.

Mais pourquoi est-ce qu’il faudrait qu’on soit toujours actif ?

Et si la valeur se crée avec le temps ?

Sur des années et des années.

2 années d’inactivité sur 20 ans d’existence ce n’est pas grand chose, quand on y réfléchit.

Même si tu mets à jour ton site qu’1x par an, ça fait toujours 20 mise à jour au bout de 20 ans.

C’est pas négligeable, c’est une création

Cette pression de toujours devoir être actif est tellement forte qu’au final personne n’ose plus rien faire.

Viser d’être toujours actif est un objectif industriel.

Un objectif de média qui est là pour fidéliser une audience.

Il n’y a pas d’audience sur un site perso. Il n’y a pas de ligne éditoriale pour viser tel ou tel démographie de personne.

Il y a juste toi et toi seul à contenter.

Tu n’as pas besoin de faire le plus de clic possibles…

Donc tu n’as pas besoin de publier en permanence…

À partir de là, on peut imaginer une autre manière d’organiser son contenu.

Non plus par fraîcheur… mais par… organisation personnelle ?

L’autre jour, j’ai mis le texte  » live  » dans le coin de mon site Web. C’est ma façon de dire que mon site est en construction. Vous pourriez revenir et les choses seront complètement différentes. Le site pourrait changer sous vos yeux. À l’heure de l’Internet, où sont tous les sites vivants ?

Websites should go live

Elliott’s blog

(le petit texte « live « en haut à droite)

Je suis Ling et je travaille à partir d’Internet, je vis même à l’intérieur de mon site web. La plupart des sites web d’entreprise sont terribles. Ennuyeux et inutiles. Je dis qu’un site web doit être constamment organique – être vivant, fluide, évolutif et surtout, avoir une personnalité. Si ce n’est pas le cas, il est mort.

Je gère mon site moi-même, minute par minute. Dans mon secteur, mon site dépasse de loin tous les autres sites de vente de voitures. C’est parce que je le nourris en permanence, comme une araignée de compagnie. Il n’est jamais terminé, ni parfait, mais tout fonctionne et je ne mets jamais en ligne de déchets insipides. Il change tous les jours.

J’offre un déjeuner gratuit à 10 visiteurs chaque jour et leur envoie des nouilles avec des baguettes, du Nescafé chinois et un petit pudding. Ils s’inscrivent en ligne, et c’est très populaire, même auprès des flambeurs et des chefs d’entreprise.

Organic Website Are The Future

LINGsCARS

Sur le web on s’est mis en tête que tout devait être « professionnel » que rien ne devait être cassé, que tout devait être niquel chrome pour les visiteurs.

Mais là encore, à qui ça s’applique ?

Quand tu es Google, le site de La Poste, de la SNCF… Ok, oui, les visiteurs veulent quelques choses qui marche parfaitement, un site cassé pendant 10 minutes n’est pas tolérable, et ils ne peuvent pas s’amuser à faire des essais « live » sur leur site en mettant un GIF de bob l’éponge sur leur page d’accueil.

Mais tu n’es pas Google, La Poste, ou la SNCF !

Tes visiteurs sont sûrement beaucoup plus tolérants. Les modifications font partie du folklore.

Et voir qu’un site est en train d’être modifié alors même que tu es en train de le visiter, avec toutes les erreurs que ça peut amener, ça donne le sentiment qu’il y a un humain derrière le site et c’est assez agréable (pour avoir déjà vécu le truc)

J’ai souvent croisé des sites, qui affiche une liste public de ce que l’auteur va faire et ce qu’a a déjà fait sur le site.

L’écriture…

Il a une sorte de pression à écrire

« Le poids psychique de l’absence d’écriture et de l’accumulation d’écrits ici m’a rongé pendant longtemps. Ce n’est que récemment que j’ai décidé que la solution à ce problème serait de supprimer tous les articles et de recommencer à zéro. »

CJ Eller

Mais il y a d’autres manières de voir les choses…

Je n’ai jamais été capable de m’asseoir et de faire jaillir les mots. Presque tous mes écrits – qu’il s’agisse d’un billet de blog, d’un post sur 4chan ou d’un e-mail important – sont rédigés par bribes au fil des jours, des semaines et parfois des mois.

Je pense – et donc j’écris – le mieux en marchant, juste avant de m’endormir et sous la douche. Il n’est pas rare que je sorte de la salle de bains trempée pour noter quelques pensées, et si vous me trouvez en train de bidouiller sur mon téléphone en public, je suis probablement en train de m’envoyer frénétiquement des notes par e-mail avant de les oublier. Ces trois endroits offrent un répit par rapport à l’agitation de la vie quotidienne et me permettent d’être dans ma tête, sans distraction.

Après avoir recueilli des bribes d’écriture et les avoir mûrement réfléchies, la pièce se met en place dans un torrent de frappe. Ce qui me semblait une éternité ne prend plus que quelques minutes, comme une casserole d’eau qui passe d’un léger mijotage à une forte ébullition. Je me retrouve alors avec quelque chose de vaguement cohérent, ce qui m’amène à la meilleure partie : l’édition !

Writing

Chris Poole

La plupart des gens qui essaient d’écrire un blog abandonnent à mi-chemin ou ne commencent même pas parce qu’ils se sentent dépassés par la quantité de choses à écrire. Leur tête est tellement occupée à penser à la recherche de sujets, à la structuration du contenu et à la rédaction des détails, qu’ils abandonnent.

Faites comme moi. Écrivez tout ce que vous pouvez en 10 ou 15 minutes et publiez-le. C’est encore trop long ? Bien, mettez 5 minutes et publiez-le. Tout ce qui peut être écrit en 5 minutes est publié. Si c’est toujours inachevé, découpez-le en petits morceaux.

Avec le temps, vous deviendrez plus rapide et vous pourrez écrire des articles beaucoup plus importants en seulement 30 minutes. Mais d’ici là, commencez petit. Ne vous comparez pas aux blogs établis avec des armées de rédacteurs, ok ?

How to Run a LOW-MAINTENANCE Blog

WPJohnny

Quant au contenu des blogs, je les considère comme un exercice d’imperfection. Ils ne sont pas aussi déstructurés que des notes, mais ils ne sont pas non plus entièrement développés comme des articles. Ils se situent entre les deux, et ressemblent davantage à des essais au sens premier du terme : ce sont des tentatives, des exercices d’écriture et de réflexion qui ne craignent pas l’inachèvement. C’est une autre raison pour laquelle j’aime les considérer comme un dialogue : dans les conversations réelles, les réponses ne sont pas connues à l’avance ; elles peuvent être confuses, ouvertes.

What is the purpose of this website?

Edwin Wenink

Il a différentes personnes, donc différentes manières d’écrire.

Beaucoup de personnes n’aiment pas écrire parce qu’elles n’ont pas trouvé la bonne manière d’écrire POUR ELLES.

Si quand tu te mets devant une feuille blanche, aucuns mots n’arrivent. Et que tu culpabilises. Et que tu cherches des remèdes pour soigner ton « Writer Block ».

ARRÊTE TOUT

Tu n’écris peut-être pas de la manière dont tu devrais écrire.

De nouveaux outils apparaissent et te permette de concevoir l’écriture autrement.

Spear te permet d’écrire des articles par blocs que tu pourras ensuite faire glisser pour arranger ton texte comme tu le veux.

Tu écris un article, comme tu envoies des SMS.

La manière de consommer un texte se diversifie aussi.

Des applications comme Rocambole commencent à fleurires.

Rocambole propose des séries littéraires décomposé en épisodes de 5 minutes à lire sur smartphone.

Bref, il n’y a pas 1 seule manière de concevoir l’écriture.

Et puis peut-être que tu n’aimes pas écrire.

Pas par flemme, pas par manque de persévérance… mais parce que tu n’aimes pas écrire. Que ce n’est pas comme ça que tu partages et que tu t’exprimes !

Un site perso… ce n’est pas que pour écrire !

Super Pixel Quest est une BD interactive qui se dessine sous tes yeux

UPVOTE EXEGGUTOR est un site qui est en fait… palmier géant, construit à partir d’image, et le but c’est d’aller jusqu’en bas.

Every Noise at Once permet d’explorer les genres, sous genres, sous-sous genres, sous-sous-sous genre musicaux…

Une nouvelle manière d’écrire un journal sur le web ?

Bref, chacun fait ce qui lui plaît.

Chacun partage ce qu’il a envie de partager, de la manière dont il a envie.

Il n’y a pas de bonne manière de faire.

Juste crée ce que tu as envie de créer.

Weiwei Hsu

L’un de mes rêves est de pouvoir m’exprimer par le biais de bandes dessinées illustrées, mais je pense qu’il me faudra un certain temps pour être suffisamment à l’aise pour raconter des histoires dans ce magnifique médium.

Pour l’instant, j’aimerais essayer de faire des collages avec des photos, des mots, des lignes et des formes ! Au fur et à mesure que je me comprends, je réalise que je pense mieux dans un mélange de types de médias, et j’ai hâte de faire plus et d’itérer sur la bande dessinée comme moyen de partager des histoires.

Avec un peu de chance, il y aura un jour où ils deviendront plus dynamiques, partiellement animés, liés de manière bidirectionnelle, et plus encore.

Weiwei parle de sa vie comme si elle discutait sur une messagerie instantanée.

Pas de longue phrase ou de paragraphe, elle écrit des messages

Par exemple, elle va rentrer dans un restaurant avec un intérieur qu’elle aime bien, et elle va en prendre une photo.

Elle va faire une capture d’écran d’un passage d’un article qu’elle a bien aimé

Elle va voir une illustration qu’elle aime et elle va la sauvegardée.

Elle met tous ça bout à bout et au final ça fait une sorte de narration qui se suit en scrollant. Très simple à lire, immersif….

Du web industriel…
… au web personnel

Il y a une pression pour faire quelque chose de beau.

Généralement quand on parle de faire un beau site, on parle de faire un site qui est dans les tendances « design » d’aujourd’hui.

Ne cherche pas à faire un site beau.

Fait le site que tu as envie de faire.

Si tu as envie d’avoir 0 images. Fais-le.

Si tu as envie d’avoir plein d’images partout. Fais-le.

Si tu as envie de faire ton site uniquement avec du violet et du vert. Fais-le.

Il n’y a pas de bonne manière de faire.

Un site web surprenant, mémorable, monumental, apaisant, choquant, imprévisible, radicalement ennuyeux, bizarre, époustouflant, très calme et subtil, et/ou étonnant pourrait fonctionner. Vous n’avez pas non plus besoin de vous limiter à un seul site Web, car vous aimeriez peut-être dérouter ou surprendre avec plusieurs sites.

My website is a shifting house next to a river of knowledge. What could yours be?

Laurel Schwulst

Le web est devenu uniforme.

À priori il y a des règles à respecter quand on fait un site web.

Il faut un design cohérent. Utiliser les bonnes pratiques et trucs à la mode.

Tout doit être utile, productif.

On voit le même type d’illustrations un peu partout sur internet.

Le truc, c’est que tu n’as pas besoin de respecter ça.

Ce sont des normes pour le web industriel.

Le web industriel doit respecter des normes pour ne pas dérouter les utilisateurs.

Il faut que les interfaces soit presque toutes identiques pour que les gens sachent comment se servir de l’application avant même de la connaître.

Il n’y a pas de normes à respecter pour ton coin perso sur le web.

C’est ton espace personnel.

Tu le fais comme tu veux.

C’est ton endroit d’expression.

Pas de tendance à suivre.

Pas de codes à respecter.

Pas d’utilisateurs à contenter.

C’est ton endroit, fais-le comme tu veux.

« This is our place, we make the rules »

Taylor Swift – Lover

Nous pouvons expérimenter et jouer pour déterminer ce qui compte vraiment pour nous. Si notre site personnel ne nous plaît pas, nous pouvons repartir de zéro, itérer, changer, continuer à travailler pour l’améliorer.

It’s Time to Get Personal

Laura Kalbag

C’est compliqué…

Beaucoup diront que c’est compliqué d’avoir un site.

Soyons honnêtes :

Oui, un site c’est plus compliqué à gérer qu’un compte Instagram ou Twitter.

Il faut aimer bidouiller. C’est sûr !

Mais ce n’est pas si compliqué de ça !

Ça c’est grandement simplifié, et ça continue !

Aujourd’hui tu peux même mettre en place un blog qui ne te demandera pas d’être mis à jour (je parle du logiciel).

Grâce à Publii par exemple, tu as juste à installer un logiciel sur ton ordi. À partir de là tu peux customizer ton site et publier tes articles. Et 0 mise à jour de plugins, thèmes ou que ce soit à faire !

Tu peux aussi utiliser Blot qui te permettra de créer un blog à partir d’un dossier de ton ordinateur synchronisé avec Dropbox 😉

Sans oublié Neocities où tu pourras créer ton site si tu es prêt à bidouiller en HTML et CSS.

Il existe aussi Write.as ou tu n’as même pas besoin de t’occuper de l’hébergement. Et puis Carrd si tu veux un site très simple.

Évidemment WordPress est toujours là, et permet toujours plus de créativité depuis l’arrivée de son nouvel éditeur de pages/articles « Gutenberg ».

Bref, il existe plein de solutions et tu en trouveras sûrement une qui te convient !

D’ailleurs j’ai écrit un guide pour t’aider dans ta nouvelle aventure 🙂

Le succès…

Tu n’es pas un média.

Avoir 200 000 personnes qui te suivent ne te servira à rien !

Oui, oui bien sûr, tu veux qu’on te lise. Tu veux que quelqu’un voit ce que tu partages.

Je comprends.

Du coup, ce que tu veux c’est avoir quelques personnes qui te lisent.

Et c’est beaucoup plus faisable que d’avoir 200 000 personnes qui te suivent.

Les médias (ou ton YouTubeur favori) veulent avoir 200 000 personnes qui les suivent, parce qu’ils vivent grâce à la publicité. (et pour avoir un peu d’argent grâce à la publicité, il faut avoir plein de personnes qui voient ce que tu crées)

Tu ne vis pas grâce à la publicité. Et il y a fort à parier que tu ne veux même pas vivre de ton site…

C’est encore un objectif industriel qui ne s’applique pas au web personnel.

On a pas besoin de milliers de personnes pour pouvoir avoir des échanges enrichissant !

Et puis : ceux qui ont énormément de personnes qui les suivent ne peuvent jamais tout lire, et ont au final plus de mal à échanger, tant les choses intéressantes sont noyés dans une foule d’autres choses.

Aujourd’hui on dit que 30 personnes qui suivent ton contenu c’est rien…

Mais imagine 30 personnes autour de toi.

Vraiment…

Ferme les yeux et imagine 30 personnes devant toi qui sont en train de t’écouter quand tu parles.

C’est déjà vraiment pas mal !

Si tu veux avoir 30 personnes qui te lisent et qui échange avec toi, ce n’est pas si compliqué !

Parle de ton site autour de toi.

Ce dont tu parles sur ton site, d’autres personnes en parle déjà… et il y a fort à parier que tu en connais une partie… peut-être que tu les fréquentes même.

Parle de ton site !

C’est juste naturel.

On se connecte naturellement quand on a les mêmes centre d’intérêts. Tu as juste à partager.

Tu peux aussi t’aider d’autres outils comme les annuaires qui peuvent t’aider à faire découvrir ton site :

J’ai récemment lancé Piradex où tu peux librement (sans inscription) poster l’adresse vers ton site.

Tu trouveras tout un tas d’autres adresse (annuaires, webrings…) dans cet article 😉

Mais tu te rendra peut-être compte que tu fait plus ton site pour toi que pour les autres au final 🙂

Je ne suis pas nostalgique

Un site fait par un fan de My Little Pony (un dessin animé)

Ce que je te propose ce n’est pas un retour vers le passé.

Dans cet article je ne te dis pas « REGARDÉ COMME FAIRE UN SITE DES ANNÉES 90 C’EST TROOOOP BIEN »

Si c’est ce que tu veux faire. Fais-le !

Mais ce n’est pas un retour en arrière que je te propose !

J’ai juste envie d’avoir un espace d’expression personnelle ou je suis indépendant et ou je peux créer comme je veux.

Pour ça : le site reste le meilleur moyen sur internet.

C’est le moyen le plus adapté. Point. (jusqu’à aujourd’hui)

Loin devant les réseaux sociaux et autres plateformes.

Je choisis juste le meilleur moyen de faire ce que j’ai envie de faire.

Ce n’est pas de la nostalgie.

Les nouveaux outils que l’on a à disposition permette encore plus de personnalisation que dans les années 90.

Je ne sais pas si les sites web sont le futur.

Je m’en fous.

J’ai juste envie de faire ça.

Et je peux le faire.

Donc je le fais.

Pourquoi avoir un site perso ?

Arrivé à ce stade de l’article c’est peut-être bien de savoir :

Pourquoi avoir un site personnel ?

C’est vrai… quel intérêt ?

C’est beaucoup plus simple d’avoir un compte sur les réseaux sociaux !

Voilà mes raisons, mais gardes bien en tête que c’est LES MIENNES. Tu en as peut-être d’autres :

L’indépendance

C’est ton endroit, tu fixes tes règles.

Pas d’algorithmes à respecter.

Tes visiteurs peuvent te suivre grâce à un flux RSS ou bien via une newsletter.

Une multinationale ne peut pas décider en 1 clic de t’éliminer d’internet.

Ou décider que seulement 2% de tes visiteurs voient ce que tu postes.

Ou décider que tu n’as pas le droit de parler de tel ou tel sujet ou de telle ou telle manière.

Tu es chez toi.

Tu fais ce que tu veux.

Et les gens qui veulent te suivre, peuvent te suivre sans intermédiaire. C’est un contact direct entre toi et tes visiteurs.

Avoir un site Web et/ou un blog ne signifie pas être un développeur Web, ni être une sorte de célébrité, mais être un citoyen du Web. Cela peut paraître un peu pompeux, mais c’est justement le but : le World Wide Web est une chose étonnante qui a été littéralement construite pour tout le monde. Nous devons nous assurer que nous l’utilisons tous au mieux et que nous en possédons une partie pour montrer aux grandes entreprises qu’il est à nous, pas à elles !

Why I Have a Website and You Should Too

Jamie Tanna

Liberté

Finalement tu as assez peu de liberté sur un profil Twitter ou Instagram.

Tu peux vaguement choisir une couleur sur Twitter.

Pour le reste de ta créativité tu devras la mettre dans les images que tu postes.

Mais : si j’ai envie d’avoir un site marron, avec une marmotte qui dit bonjour aux visiteurs, et coller des post-its virtuelle sur ma page d’accueil ?

Ce n’est pas possible.

Avec un site, oui.

Encore une fois : Tu es chez toi, tu fais ce que tu veux.

Avec les réseaux sociaux tu es chez quelqu’un d’autres.

Si ce « quelqu’un d’autre » à décider que ton contenu s’afficherait comme ça. Il l’affichera comme ça. Pas de discussion possible.

Créer quelque chose au fil du temps

C’est très personnel et tu n’es pas obligé de viser ça avec ton site perso, beaucoup de personnes n’écrivent même pas sur leur site perso, mais j’aime bien l’idée de créer un endroit et l’enrichir au fil du temps.

Quand j’ai un problème ou une question sur WordPress, je vais sur le blog de Johnny.

Ce mec est un expert de WordPress. (d’ailleurs c’est son métier).

Il sait quelles sont les extensions pourris et celles qui sont bien.

Ce qu’il faut faire ou ne pas faire.

Et il partage ces avis, expériences etc… sur son blog.

Il a une tonne d’articles.

Donc dès que j’ai besoin d’aide sur WordPress, je vais sur son blog, je clic sur la barre de recherche et je cherche ce dont j’ai besoin.

Je ne passe même pas par Google en premier.

Non, je passe directement par son blog.

Parce que je sais que c’est une MINE D’OR sur WordPress.

Son blog est devenu mon moteur de recherche pour mes questions relatives à WordPress.

J’aime bien cette idée de construire une mine d’or de liens, d’outils, d’idées, de solutions etc… au fil du temps.

Imagine si j’arrive à tenir serveur410 pendant 10, 20, 30 ou 40 ans.

Ça sera une véritable MINE D’OR.

Tu as probablement dû tomber sur l’article d’un blog inconnu d’une personne random et qui te proposait l’EXACTE solution au problème que tu rencontrais.

Si ça t’es déjà arrivé, tu as pu voir à quel point ça aide !

J’ai vécu ça et j’ai envie de faire de même.

C’est perso, peut-être que tu auras d’autres motivations pour ton petit coin de web, c’est juste une de mes motivations.

Avoir son coin perso sur le web, ce n’est pas…

CE N’EST PAS FORCÉMENT avoir un site qui semble être sortie des années 90. Si tu veux un site sorti des années 90, alors fais-le, sinon fais comme tu as envie de faire ton site.

CE N’EST PAS FORCÉMENT avoir un blog. Si tu as envie d’écrire, fais-le. Sinon n’écrit pas. Tu peux faire plein d’autres choses ! Un annuaire, une simple page avec des photos etc…

CE N’EST PAS FORCÉMENT avoir un site uniquement fait de texte qui doit ABSOLUMENT peser 10kb. Si tu as envie d’avoir un site uniquement fait de texte qui pèse 10kb, vasy. Sinon fait ce que tu veux.

CE N’EST PAS FORCÉMENT un site que tu fait en HTML/CSS. Si tu as envie de t’amuser avec ça, que c’est le moyen que tu préfères. Vasy ! Sinon il existe WordPress, Publii etc…

Avoir son coin perso sur le web, c’est…

Un endroit où tu te sens bien, sur lequel tu as du plaisir à t’exprimer, partager, travailler, jouer, ou faire je sais pas quoi 🙂

Finalement pour moi c’est…

C’est un endroit d’expression personnelle.

C’est un endroit où je peux partager ce que je trouve cool.

C’est endroit où j’aide des personnes.

C’est un endroit où je peux faire découvrir des choses.

C’est un endroit où je peux avoir un contact direct.

C’est un endroit où je peux me faire plaisir.

Bref, c’est chez moi. Je m’y sens bien.

Et j’ai envie de continuer.

Et pour toi, c’est quoi ?

Je ne poste rien sur Twitter, Facebook...

La seule manière d'êtres au courant des nouveaux articles est :

  • De t'abonner par mail :

Voir les derniers mails envoyés

(1x par semaine max, je ne spam pas, je ne sais pas si tu ouvres les mails, pas de tracking)

Pssst : tu peux aussi t'abonner au flux RSS : https://serveur410.com/feed/

12 réflexions au sujet de “Ton coin de web t’attends !”

  1. C’est pile poil ce qu’il me fallait alors que je suis en pleine réflexion sur l’intérêt de continuer mon (x-ème) site web à peine commencé… 😉

    Merci

    Répondre
  2. J’adore les pages listant plein de sites intéressants, qui sont triés par l’auteur du site. Ainsi on a accès au contexte, comment la personne a découvert ces sites, pourquoi il les mets en avant, et ça je trouve que c’est une meilleure pub qu’un bon référencement sur un moteur de recherche.

    Le « small web » est incroyablement vaste, et sa diversité le transforme en monde à explorer. C’est cette idée que j’aime bien dans le concept de « web », et que les moteurs de recherche et réseaux sociaux ont tendance à effacer, au profit d’une manière « conventionnelle » de partager du contenu sur des plateformes fermées où le contenu appartient à personne.

    Faire son site web à la main est aussi extrêmement enrichissant, et j’ai vécu un petit retour aux sources via https://spacehey.com/ , un clone de myspace fonctionnel qu’un jeune a recréé comme ça pour le fun.

    Et du coup j’ai fait une petite liste de profils intéressants (avec du css custom, ici : https://blog.spacehey.com/entry?id=1185), et la diversité de layout qu’on peut trouver est juste dingue ! C’est une excellente source d’inspiration, et un vrai vent de fraîcheur par rapport à twitter/fb/insta où tous les profils ont tendance à se ressembler 🙂

    Répondre
  3. Résultat : je sens que je vais avoir envie de triturer à nouveau mon site, de le bidouiller, de trouver 10 nouvelles idées d’articles de modifs que je ne terminerai jamais ! Ah bah pas merci ! Euh… en fait si, merci 🙂 Vraiment !

    Répondre
    • Ahah ^^

      En fait, je voulais des réactions comme ça ! Que des gens lancent leurs site ou le reprennent, c’est ce que je voulais que cet article produise 🙂

      Répondre
  4. Tant de choses dans ce post 👍 il y a plein de services que je ne connaissais pas, tout ça m’intrigue et je vais creuser. De mon côté c’est la partie esthétique qui n’a jamais évolué… Depuis 2007, mais le contenu continue 🙂

    Ta newsletter est une des seules à laquelle je me suis abonné, attiré par la qualité des posts. Comme quoi, pas si démodée que ça ^^

    Répondre

Laisser un commentaire