Le futur des réseau sociaux, les métavers ?

Si tu crois que Minecraft, Fortnite, Animal Crossing, sont juste des jeux vidéo, tu te trompes.

Ce sont aussi des réseaux sociaux.

Les gens s’en servent autant sinon plus pour des interactions sociales que pour jouer.

Des manifestations d’opposant Hong Kongais ou de gilets jaunes, des mariages, des défilés de mode pour Animal Crossing

Des concerts ou des extraits de film avants première pour Fortnite

Ou tout simplement s’amuser entre amis et rencontrer de nouvelles personnes.

C’est clair que le covid à accélérer ce genre d’usages, mais c’était déjà-là avant (l’exemple des concerts, et de l’avant-première de film date d’avant la pandémie)

L’ONG Reporters Sans Frontières avait d’ailleurs créé une énorme bibliothèque « The Uncensored Library » dans Minecraft dans laquelle le joueur peut trouver des documents censurés par des États totalitaires.

Ces espaces virtuels sont des lieux où on peut se retrouver entre amis pour socialiser, expérimenter, s’amuser…

Cette vision d’avoir une sorte de deuxième monde virtuel où on se connecte pour y vivre (en partie ou totalement), ne date pas d’aujourd’hui, mais elle semble devenir de plus en plus réelle au fur et à mesure des années.

D’ailleurs on ne parle pas de jeux vidéo, mais de « métavers », ce sont des « méta-univers »

Un métavers, c’est un monde virtuel sur lequel tu peux te connecter, dans lequel tu as un avatar, des amis, tu peux interagir avec les habitants de ce monde, tu as potentiellement une maison, de l’argent etc…

Un métavers peu être plus ou moins une copie réelle de notre monde.

Par exemple, le premier métavers à s’être fait connaître du grand public est Second Life

Dans Seconde Life tu incarnes un personnage, tu peux lui acheter des fringues, une maison, te balader dans centres commerciaux, assister à une exposition etc… c’est une simulation qui se veut proche de notre monde.

Mais si tu prends Animal Crossing qui est aussi un métavers, l’esthétique est complètement différent, tu évolues dans un monde très coloré et tu parles à des animaux humanifié (par contre le cycle jour/nuit et les saisons sont les mêmes que dans notre monde).

Bref, pas besoin de reprendre les lois physiques, la géographie… de notre monde pour être un métavers.

Ce qui compte c’est d’avoir un espace où l’on peut se connecter entre amis ou inconnu et qui permet une liberté suffisante pour pouvoir s’amuser, se balader et exprimer sa créativité (Construire des bâtiments, personnaliser des vêtements…)

Là où les jeux multijoueurs se contentaient de créer des événements en rapport avec leur jeu (donjon, quête spéciale…), les métavers veulent faire rentrer des événements du monde physique (manifestations, concerts…) dans leur univers virtuel en permettant de se connecter non pas pour jouer, mais pour faire des activités sociales (plus ou moins, ou pas du tout relié au jeu).

Fondre le réel dans le virtuel… (kit à les confondre complètements et à ne vivre plus qu’uniquement dans un monde virtuel pour la version la plus extrême de cette vision)

Second Life était allé assez loin dans ce sens :

American Apparel avait une boutique dans le jeu pour vendre des produits spécialement créer pour le monde virtuel

Tu pouvais te rendre dans une boutique virtuelle Dell et acheter un ordinateur que tu recevais vraiment dans ta vie physique.

IBM s’en servait pour faire ses réunions interne.

Des pays ont ouvert des ambassades virtuelles, et des universités ont ouvert des universités virtuelles.

Des partis de candidats à l’élection présidentielle française de 2007, Jean-Marie Le Pen, Nicolas Sarkozy, Ségolène Royal, François Bayrou, José Bové, Marie-George Buffet et Dominique Voynet y ont ouvert des bureaux de campagne virtuels.

Des formations, des recrutements, des concerts… étaient aussi de la partie.

Des sociétés qui investissent pour faire du marketing dans le jeu, un grand analyste (Gartner) qui prédit que 80 % des internautes auront une seconde vie dans un univers virtuel à la fin 2011.

Et puis le crash.

En septembre 2007 à cause de la crise des subprimes qui affectent également les banques du jeu, d’une lassitude parce que l’univers devient trop complexe et redondant, et la montée de Facebook jugé plus simple, Seconde Life devient de plus en plus déserté, jusqu’à ne plus attirer grand monde.

Malgré ça la vision du métavers continue, comme on l’a vu avec les exemples précédents de Animal Crossing et Fortnite.

Facebook incarne aussi très bien cette vision avec Horizon.

Dans la pub de Horizon, on y voit une jeune femme dans son salon avec un casque de réalité virtuel sur la tête, une voix ouvre le début de la vidéo « derrière notre monde, il y a un autre monde »

« Et c’est juste là, sur mon visage », la jeune femme montre le casque de réalité virtuel qu’elle a sur la tête.

« Bienvenue, c’est Horizon » nous sommes maintenant avec son avatar dans une ville futuriste, se partageant entre des tours et bâtiment ultra moderne et coin de verdure, le tout très coloré. Le ciel est bleu, on entend les voix des discussions joyeuses alentours, on aperçoit des personnes arriver dans ce monde virtuel via des sortes de portails de téléportation, le tout accompagné d’une musique féérique.

« Horizon est remplie de possibilité vous pouvez jouer, créer des choses »

« Attendez, je veux une moustache » maintenant on voit l’avatar de la jeune femme avec une moustache

« Horizon n’est pas à propos de règles ou de limites » Elle est à présent en train de conduire un avion dans le grand canyon en faisant des acrobaties pour éviter les rocher qu’il y a sur son passage.

Elle continue « C’est à propos de sortir, tester de nouvelles choses, laisser votre marque, devenir amis avec un australien qui s’appelle Mark »

« Et vous pouvez même construire votre propre monde, comme se poser sur la lune avec des tirs laser » on voit l’avatar prendre un portail téléporteur et atterrir sur la lune et équipé d’une combinaison spatial tirer avec des pistolets laser sur d’autres joueurs.

« Ou cette île, avec ces petites choses mignonnes » On voit à présent l’avatar sur une île paradisiaque, cascade, et plan d’eau, et des petites créatures colorés venir à sa rencontre pour demander des caresses

« Rejoignez-nous, un monde sans fin, en perpétuel changement, au-delà de votre monde » s’écrit la femme avec son casque de réalité virtuel sur la tête, tandis que la musique féérique monte pour atteindre son apogée.

Horizon n’est pas encore sortie, il est à priori en Beta fermé, mais Facebook y croit dur comme fer.

« Nous croyons que la réalité augmentée et la réalité virtuel vont être les prochaines plateformes majeurs en informatique » dis Mark Zuckerberg à la conférence Oculus Connect 6

« Beaucoup des technologies sur lesquels nous travaillons, sont des fondations, pas seulement pour la réalité virtuelle, mais aussi pour le futur de ce que nous voulons faire avec la réalité augmentée aussi »

Casque de réalité virtuel sans fil, sans manette, sans capteur, bracelet qui détecte les influx nerveux qui permet d’interagir avec des objets juste avec la pensée…

« Parce que tous le monde va pouvoir créer sont propre espace et expériences à l’intérieur, Horizon va avoir cette propriété où il grossit et s’étend et deviens meilleurs et meilleurs avec le temps, pendant que nous nous concentrons sur sa mise en place pour de nombreuses années à venir »

Chez la concurrence on croit aussi au futur du métavers « Notre croyance, c’est que le métavers va devenir le principal outil d’engagement » dis Matthew Curtis, vice-président de Roblox (un jeu/métavers très populaire)

Alors les métavers vont-ils remplacer les réseau sociaux ?

Notre manière de nous informer, de communiquer, de nous divertir… passera t-il non plus par des sites et applications, mais par un univers virtuel, un jeu ?

Impossible de savoir, s’il s’agit d’un fantasme peu réaliste booster à la science fiction ou d’un futur possible.

Mais il y a une chose :

De plus en plus de personnes qui ne s’intéressaient pas aux jeux vidéo se connecte à un métavers et de plus en plus de gamer se connectent non plus pour jouer, mais simplement pour passer du bon temps avec des amis.

Les métavers permettent une créativité, et une exploration que ne permet pas la vie physique.

La vie physique à ses avantages, les métavers ont les leurs.

Il ne s’agit peut-être pas d’un combat entre la vie physique et la vie virtuelle, mais plus d’une manière de vivre qui se partage entre univers virtuel et vie physique et qui permet une expérience différente d’une vie uniquement physique.

Actuellement, les métavers sont utilisés pour avoir une expérience complémentaire à la vie physique.

Tu peux voler dans le ciel avec une sorte snowboard, faire une bataille sur un parking de supermarché désaffecté, construire un monument, prétendre d’être chef cuisinier, un policier, quelqu’un de gentil, quelqu’un de méchant…

Bref, être quelque chose que tu n’es pas dans le monde physique et expérimenter des choses que tu n’oserais pas et/ou qu’il est impossible de faire dans le monde physique.

Aujourd’hui les métavers sont des espaces d’expérimentation individuel ou collectif, de créativité, de liberté.

Ce qui est dommage c’est que tous les métavers sont des mondes propriétaires détenus par des entreprises.

  • Nintendo détient Animal Crossing
  • Epic Games détient Fortnite
  • Microsoft détient Minecraft
  • Facebook détient Horizon

Aucun de ces métavers n’est libre, open source, ou n’appartient au domaine public, alors que ce sont des lieux communs comme le web.

Le web devient de plus en plus une prison, mais les métavers naissent prison.

Ces entreprises ont l’entier contrôle sur ce qui se passe dans leur monde, ce qui peut être dit, ce qui ne peut pas l’être, ce qui peut être fait, ce qui ne peut pas l’être, la manière dont on interagit avec le monde etc…

Il n’existe pas de protocole commun comme pour le web (http, SMTP…) non plus

Et les machines sur lesquelles on fait tourner les jeux peuvent être aussi propriétaires (Nintendo Switch, Oculus…)

Même si le libre ne répond pas à tous les problèmes d’un métavers (ce qui est moral et ce qui ne l’est pas par exemple), ça semble quand une bien meilleure alternative qu’un monde propriétaire dirigé par une multinationale.

Surtout quand on voit qu’il y a des usages aussi important que la création d’une librairie qui diffuse des documents censuré par des gouvernements.

Il existe quand même des métavers open source, mais moins connu. (et peu)

J’en ai recensé deux (mais si tu en connais d’autres, je serais très content de les découvrir) :

Minetest

et Terasology

Qui sont tous deux des « fork » de Minecraft en open source.

Les métavers va-t-il devenir un nouveau terrain d’exploitation pour le logiciel libre ?

Je ne poste rien sur Twitter, Facebook...

Les seules manières d'êtres au courant des nouveaux articles sont :

  • De t'abonner par mail :

(1x par semaine, je ne spam pas, je ne sais pas si tu ouvres les mails, pas de tracking)

  • Ou de t'abonner au flux RSS :

https://serveur410.com/feed/

Un truc à dire ?

    • Oui c’est vrai, Decentraland avait totalement sa place dans l’article ! J’ai zappé de le mettre…

      Après chui pas trop trop blockchain perso ^^

      Répondre
  1. En fait, Minetest est moins un métavers qu’un clone (très bien fichu au demeurant) de Minecraft (je simplifie volontairement : oui, MT n’est qu’un moteur, etc.). Il lui manque une bonne partie des aspects sociaux.
     
    En revanche, si on cherche du métavers opensource, Mozilla Hubs a un sacré gros potentiel (à creuser, évidemment).

    Répondre
  2. Je n’utilise pas de métavers informatique, mais je comprends fort bien l’idée des interactions sociales à travers un jeu. Je suis rôliste !

    Répondre

Laisser un commentaire