Contribulle, connecteur de contributions

C’est le type de projet où on se demande pourquoi ça n’existait pas avant.

Le libre et l’open source se base beaucoup sur la communauté pour évoluer.

Que ce soit au niveau du code, de la communication pour se faire connaître, de l’écriture de la documentation, des rapports de bugs etc…

Bref, la contribution fait avancer tous ça.

Mais il y a un souci :

Pour avoir des contributions, il faut des contributeurs et pour avoir des contributeurs… bein c’est pas toujours facile.

Du coup, ya de bons projets libre qui meurent à cause de manque de contributeurs.

De l’autre côté, il y a des personnes qui ont envie de contribuer, mais qui ne savent pas où et comment faire.

Contribulle connecte ces deux mondes.

Les projets libre/open source et les contributeurs.

J’ai posé quelques questions à l’équipe :

Qui êtes-vous ? c’est quoi votre parcours dans le libre ?

llaq : Je suis lelibreauquotidien (ou llaq), je suis entré dans le logiciel libre un peu par hasard quand un ami m’a offert un PC sous Linux, j’ai tellement aimé que je n’ai plus quitté le libre depuis.

J’ai contribué à plusieurs projets libres mais le principal est Contribulle

Da-max : Moi c’est Da-max (ou Maxime), je suis développeur frontend pour Contribulle ! Finalement j’ai découvert le libre un peu de la même manière que llaq, un peu par hasard, quand l’ordinateur familial est passé sous Linux et que j’ai commencé à passer beaucoup de temps dessus ! Pour ma part, c’est la première fois que je travaille avec une équipe sur un projet libre !

méli : Je m’appelle Mélanie, méli sur les internets ! J’ai indirectement découvert le libre en 2017 quand des amis bien avertis m’ont fait télécharger l’application de messagerie instantanée Telegram pour rester en contact. La notion de respect de la vie privée me parlait de plus en plus et il y avait apparemment un lien à faire le logiciel libre. Vu que le sujet m’était encore obscur et que j’avais envie de l’approfondir, j’en ai profité pour orienter mes projets de fin d’étude de design vers ça. Et depuis que j’ai mon diplôme en design interactif en poche et du temps libre (cimer le chômage), je continue de cogiter dessus et surtout, j’essaie d’être dans l’action grâce à Contribulle, qui était d’ailleurs mon projet de mémoire ! J’y interviens en tant que designeuse UX/UI.

Maiwann : Et moi c’est Maiwann ! Je suis designer et membre de Framasoft, après avoir découvert le logiciel libre grâce à une amie =)

Quel est l’état de la contribution dans le logiciel libre ?

llaq : Avec la pandémie, j’ai l’impression que les gens ont pu trouver du temps pour contribuer aux logiciels libres, notamment avec les Confin’ateliers de Framasoft, un ensemble d’ateliers pour contribuer à différents logiciels libres avec l’aide de personnes qui connaissent bien le logiciel/projet en question

Da-max : je ne suis pas autant « optimiste » que llaq 😉 , de manière générale, j’ai l’impression que les personnes contribuent assez peu au logiciel libre et je pense que ça vient du fait que peu de gens savent vraiment ce que signifie logiciel libre et l’importance (philosophique) que peut avoir ce type de licence !

méli : D’un côté, il y a des grosses entreprises (notamment des privées comme Microsoft, Google) qui contribuent activement au logiciel libre car ça leur profite pour leurs propres outils ou services et de l’autre, la participation d’individus est encore minime. Comme l’a dit da-max, c’est sûrement dû à la méconnaissance du libre et de ses valeurs. Mais il y a aussi d’autres facteurs qui bloquent la contribution : les problèmes matériels et techniques, l’absence de temps, le sentiment d’illégitimité de personnes non-techniques, pour ne citer qu’eux.

Malgré tout, la situation a l’air d’évoluer positivement et je complète llaq : la contribution est au centre de l’actualité, sachant que de base, le logiciel libre repose sur les contributions ! Des communautés libristes sont plus critiques sur les contributions au libre qui se limitent encore essentiellement au code. Il existe plein de façons de contribuer qu’il faut valoriser ! La campagne Contributopia de Framasoft donne pas mal d’idées et nous inspire énormément dans notre démarche.

Maiwann : J’ai du mal à me rendre compte de ce qui se passe, ce qui est sur c’est que Contribulle est là pour faciliter l’accès à la contribution, pour ne plus que se soit possible seulement pour un publics de développeurs-geeks-informaticiens-qui-gèrent-la-ligne-de-commande et ça me semble faire avancer les choses dans le bon sens !

Comment Contribulle a été accueilli par les projets ? C’est quelque chose qui était très attendu de pouvoir chercher des contributeurs ?

méli : Avant de lancer Contribulle, il y a eu un travail d’investigation sur la situation de la contribution dans le libre. On avait retenu qu’il y avait un fort besoin, autant de la part des projets en recherche de contributions que des personnes souhaitant contribuer au libre, de pouvoir se retrouver. Contribulle a été envisagé comme une solution qui peut répondre à cette absence de support de rencontres. Depuis sa mise en ligne officielle mi-février, on comptabilise plus de 20 demandes de contribution publiées, c’est un super début et c’est bien encourageant ! On voit que les besoins sont variés; on espère que les contributeur’rices ont pu se sentir concerné’es parmi les appels à contributions et qu’iels ont pu contacter sans problème les responsables des projets pour travailler ensemble !

Maiwann : même sentiment que méli, Contribulle fait sa petite place et surtout va continuer de vivre au fil des rencontres et notamment des contrib’ateliers, qui vont permettre de le faire connaitre pour que de façon asynchrone, les porteur·euses de projets libres et les contributeurices puissent se rencontrer !

Vous avez des retours de personnes qui avait envie de participer à des projets libres, mais ne savaient pas quoi faire pour se rendre utile ?

Da-max : (ça ne fait pas très longtemps que je fais partie du collectif Contribulle) mais j’ai l’impression que oui et que le but de Contribulle est justement de permettre à des personnes, qui ne savent pas comment contribuer, de leur faire découvrir des projets qui ne nécessitent pas de compétences trop spécifiques (code, graphisme…)

llaq : C’est clair, la possibilité de contribuer pour des personnes qui le font pour la première fois est encouragée via contribulle avec la liste « contribuer pour la première fois » qui est maintenue par le collectif contrairement aux annonces postées par des personnes comme vous et moi….

méli : Même si Contribulle répond au besoin de pouvoir contribuer, on n’a pas encore eu de retours des contributeur’rices, seulement des responsables des projets. En tout cas, un des objectifs fixés était de rassurer les personnes non-techniques sur la possibilité de contribuer au libre avec ses propres compétences. On croise les doigts pour qu’elles aient senti que oui, elle sont super utiles !

Maiwann : Lors des contrib’ateliers ça arrive souvent, des personnes se présentent en disant « j’y connais rien, je sais pas ce que je pourrais faire, mais j’ai envie de donner un coup de main…mais je suis pas informaticien·ne ». C’est là qu’on a un rôle super important à jouer, autant dans l’accompagnement humain que dans l’outillage possible avec Contribulle !

En tant que non-développeur, on a souvent l’impression de pas pouvoir être utile ou de ne pas vraiment pris en compte (par exemple, on nous demande de créer une issue sur Github qui est un site rebutant pour un non-dev). Vous en pensez-quoi ?

llaq : De mon point de vue, il faudrait dédramatiser le fait d’utiliser un système de forge logicielle (github,gitlab etc..).

Il est vraiment compréhensible que les gens aient peur, par exemple, sur la page d’accueil de github, il y a des phrases en anglais qui parlent de code, il faut donc faire comprendre aux contribu-teu-rices que oui, le bugbounty se passe sur une forge logicielle, non, vous n’aurez pas besoin de coder pour rapporter un bug.

Da-max : llaq a peut-être raison, malheureusement je pense que c’est très compliqué pour un grand nombre de personne de créer une issue sur une forge logicielle, surtout quand on n’a pas grandi avec un clavier et une souris dans les mains ou que l’on utilise pas des outils informatiques au quotidien. C’est pourquoi je pense qu’il est également intéressant de mettre en place d’autres moyens pour avoir l’avis de utilisateurs et/ou remonter des bugs (réseaux sociaux/formulaires/mails…).

méli : C’est totalement la frustration que je ressens, de ne pas me sentir capable de contribuer au libre quand je me retrouve sur des sites hyper techniques comme les forges logicielles (terme que j’ai seulement découvert l’année dernière d’ailleurs) ! Je me dis que ce n’est pas mon domaine d’expertise et j’abandonne vite l’idée de contribuer. J’ai l’impression que quand on souhaite s’investir dans un projet numérique, il faut avoir des compétences techniques poussées, une bonne connaissance des outils et ce n’est pas évident du tout. Je suis persuadée qu’il faut amener les personnes plus techniques à mieux accueillir et accompagner les personnes non-techniques dans l’utilisation d’outils collaboratifs, si ces dernières le souhaitent évidemment. Il ne faut pas hésiter à se servir, et pourquoi pas imaginer (!), des supports faciles d’accès pour tout le monde pour communiquer au mieux. Pour éviter que les personnes non-techniques se sentent mises de côté, il est important de montrer qu’elles comptent en s’adaptant à leur situation.

Maiwann : Je suis d’accord avec tout le monde ! 😀 Autant je pense qu’utiliser une forge logicielle ça s’apprend, autant je suis persuadée que c’est contre-productif de ne présenter que cette possibilité à de nouvelles personnes : La marche pour contribuer est déjà tellement haute, on érige un mur en ne présentant que la forge logicielle !

De toute façon, ça me semble primordial que les personnes se parlent… et une forge logicielle, ce n’est pas fait pour papoter (en tout cas, pas suffisamment :p )

« La marche pour contribuer est déjà tellement haute, on érige un mur en ne présentant que la forge logicielle ! »« 

Il y a d’autres freins que vous voyez qui empêchent les gens de contribuer ?

méli : Il y en a encore énormément ! Pour reprendre ce qui a été dit plus haut, il y a toujours une incompréhension de l’intérêt politique du libre (parfois même au sein des communautés concernées) ainsi qu’un problème d’accueil des contributeur’rices novices, ce qui participe à ce sentiment d’illégitimité sur la scène du libre. La notion de rétribution fait aussi poser des questions quand on voit que beaucoup contribue de manière bénévole sans qu’il n’y ait rien en retour. Il faut en plus avoir le privilège d’avoir du temps libre ! Bref, tout ça et plein d’autres facteurs s’intègrent dans les inégalités numériques qui reflètent voire accentuent les inégalités sociales actuelles. Il y a pas mal de travail à faire mais on lâche rien !

<3

Vous avez d’autres idées pour le site ? une version rêvée de Contribulle ?

llaq : On prépare des nouveautés, mais on ne va pas tout vous spoiler, si vous voulez être au courant des nouveautés, le meilleur moyen c’est de nous suivre sur twitter (@contribulle) ou sur mastodon (@contribulle@mastodon.tedomum.net)

Da-max : Je vais suivre llaq et je ne vais rien dire (surtout n’allez pas voir sur Framagit ;D).

méli : Héhé évidemment ! On attend un maximum de retours qui valideraient ou non les fonctionnalités à développer.

Pour ma part, j’aimerais travailler l’interface pour qu’elle soit plus accueillante et chaleureuse, j’aimerais aussi valoriser la place des contributeur’rices, peut-être en leur laissant un espace de parole ? Bref, ce sont des idées floues que je balance comme ça !

Et au-delà de ces fonctionnalités, je rêve d’un Contribulle qui permettrait à un grand nombre de se sentir activement impliqué’e sur les enjeux du libre et plus largement des communs. Si notre plateforme permet réellement de tisser des liens entre des gens issus de différents milieux et donc de renforcer l’esprit collaboratif, alors je serais super fière de notre contribution au libre et aux communs !

D’ici là, on attend vivement des retours des utilisateur’rices sur les réseaux Mastodon / Twitter ou notre adresse mail (bonjour@contribulle.org) pour pouvoir améliorer l’usage de Contribulle au mieux pour tout le monde ! 🙂

Maiwann : Et pour conclure, je pense que ce qui va le plus manquer, c’est de le faire vivre ce site ! Le but c’est qu’au fur et à mesure du temps, il y ait des annonces qui disparaissent car elles auront trouvé leurs contributeurices, et de nouvelles qui apparaissent ! Donc n’hésitez pas à en parler encore et encore autour de vous, on a fait en sorte qu’il soit le plus simple possible à utiliser pour que chacun·e puisse s’en emparer !

Accéder à Contribulle

Je ne poste rien sur Twitter, Facebook...

La seule manière d'êtres au courant des nouveaux articles est :

  • De t'abonner par mail :

Voir les derniers mails envoyés

(1x par semaine max, je ne spam pas, je ne sais pas si tu ouvres les mails, pas de tracking)

Pssst : tu peux aussi t'abonner au flux RSS : https://serveur410.com/feed/

J'ai besoin de ton soutien !

Soutenir serveur410 :

Laisser un commentaire