Ailleurs, un film d’animation créé par 1 personne

Je suis tombé par hasard sur ce film d’animation aux jolies images.

Le film se déroule sans dialogue, mais avec de la musique.

On y suit les aventures d’un jeune garçon poursuivi par un étrange géant.

À moto, et accompagné par un canari jaune, le film se déroule pendant 1h14.

Les paysages et environnements sont magnifiques et mystérieux, tu pourras passer dans un désert, comme faire la rencontre d’une civilisation de chats.

Au final, la signification du géant et de toute cette épopée est…

J’ai peur de trop en dire, donc je te laisse regarder le film pour te faire ton avis.

Mais il y a un truc qui n’est pas banale à propos de ce film :

En cherchant un peu plus je me suis aperçu, que c’était le fruit d’1 seul personne : Gints Zilbalodis, un Letton (définition : personne issue du pays Lettonie) de 26 ans

Gints Zilbalodis sur la chaîne YouTube Person of Interest

Il a travaillé sur Ailleurs (titre anglais : Away) pendant un peu plus de 3 ans (il a commencé en 2015)

Et oui… il a réalisé ce film de A à Z : les dessins, l’animation et la musique.

Je ne connais pas le domaine de l’animation, mais ça me semble être un travail colossal d’arriver à faire un film de cette qualité seul. Alors j’ai voulu en savoir plus.

Avant de travailler sur Ailleurs, Gints avait déjà créé plusieurs courts métrages, comme tu peux le voir sur sa chaîne Vimeo.

Étonnamment, Gints n’avait aucun scénario pour réaliser Ailleurs, il ne savait pas qu’est-ce que le film allait être.

Quand il avait des idées, il pouvait les animer directement.

Comme il avait de l’expérience avec ces autres court métrage, il savait ce qui était facile à faire ou pas.

Il a donc choisi de faire conduire une moto au garçon, et de ne pas mettre beaucoup de personnages (globalement, l’histoire ce passe dans des paysages désertiques). Parce que ça facilite les choses au niveau de l’animation.

L’histoire c’est un peu construit avec cette contrainte de simplicité.

Ensuite, il a découpé son histoire en chapitres, comme ça c’était plus facile à gérer.

4 parties autonomes, qui peuvent marcher séparément. Comme s’il travaillait sur 4 court métrage individuellement.

Ça permettait aussi de rendre la tâche moins impressionnante, et si jamais il n’arrivait pas à finir le film, il aurait toujours pu montrer 1 ou 2 courts métrages.

Le but était aussi financier : il a pu rechercher des fonds (subventions) pour financer chaque court métrage individuellement, de cette manière il arrivait avec un projet moins irréaliste auprès des investisseurs.

Concernant son organisation Gints raconte dans une interview pour DigitalCiné « Mon organisation était très flexible. Quand je m’ennuyais ou que j’étais coincé sur quelque chose, je pouvais simplement passer à autre chose. »

Même si tout n’était pas simple « – quand j’ai fait ce film tout seul, j’avais toute cette pression pour le terminer. Il y a toujours quelque chose : des doutes, de l’anxiété et des émotions négatives qui me suivent quand j’essaie d’atteindre cet objectif de terminer le film. » comme il raconte dans une interview pour Animation Scoop.

Ailleurs en montage

D’ailleurs, en regardant le film, j’avais d’ailleurs de plus en plus l’impression de regarder l’histoire de celui qui faisait le film.

Il est aussi passé par l’étape que tous les créateurs ont un jour traversé je pense : dû a une erreur il a perdu les fichiers du premier chapitres, et il a dû refaire le chapitre quasiment du début. Ce qui lui a permis de comprendre qu’il fallait faire plus de sauvegardes.

Pour ce qui est des effets sonores, Gints a puisé dans des bibliothèques de son en ligne, et en a enregistré quelque-uns qu’il ne pouvait pas trouver (par exemple, pour le bruitage d’un oiseau qui vole, il a pris des oreillers qu’il a agités)

Ailleurs, a été fait de limitation et de créativité.

Mais quelle est la raison qui l’a poussé à faire le film seul au final ?

« La principale est le budget qui était plus petit que celui de certains courts métrages. Je ne pouvais donc pas me permettre d’embaucher quelqu’un. La deuxième raison était relative à mon manque d’expérience. Je n’étais pas prêt à dire aux autres ce qu’ils devaient faire et j’avais besoin de tout essayer moi-même avant de diriger une équipe. Pour moi, la meilleure façon d’apprendre, c’est d’essayer et j’ai énormément appris avec ce processus. Enfin, la dernière raison est que j’ai pu avoir un contrôle créatif absolu. Plus le budget et l’équipe grossissent, plus on perd cela. » dit Gints à DigitalCiné

D’ailleurs il espère que créer son propre film deviendra plus commun. « Aujourd’hui, la technologie permet ça – de faire un film sur votre ordinateur portable. J’espère que plus de gens le feront, et nous pourrons alors voir plus d’expérimentation et de technique et plus d’histoires personnelles qui seront racontées. Je pense que cela va se faire, surtout dans le domaine de l’animation 3D. Si je faisais cela en stop-motion, ce serait vraiment difficile – de mettre en place le studio et toutes les lumières. C’est très coûteux. En 3D, je peux prendre un personnage et le copier plusieurs fois. J’ai ce chat noir, qui n’est en fait qu’un modèle de chat que j’ai copié plusieurs fois, et je pourrais gagner beaucoup de temps de cette façon. » dit-t-il à Animation Scoop

Et j’espère aussi que ça sera le cas 🙂

Au passage Gints est déjà en train de travailler sur son prochain film : Flow

À voir

Gints a listé sur Twitter les nombreuses références qui ont inspiré Ailleurs.
Jeux vidéos, film de moto, musiques, voyages… c’est très varié et ça te donnera probablement envie d’explorer quelques trucs.

Je ne poste rien sur Twitter, Facebook...

La seule manière d'êtres au courant des nouveaux articles est :

  • De t'abonner par mail :

Voir les derniers mails envoyés

(1x par semaine max, je ne spam pas, je ne sais pas si tu ouvres les mails, pas de tracking)

Pssst : tu peux aussi t'abonner au flux RSS : https://serveur410.com/feed/

J'ai besoin de ton soutien !

Soutenir serveur410 :

2 réflexions au sujet de “Ailleurs, un film d’animation créé par 1 personne”

Laisser un commentaire